USA: 'la Fed a manqué la fenêtre de tir' (EdRAM).

(CercleFinance.com) - Philippe Uzan et Christophe Foliot, respectivement directeur des gestions et responsable actions internationales chez Edmond de Rothschild Asset Management, ont convié la presse ce jeudi, pour faire un point de rentrée et décrypter la décision de la Fed.

Les deux professionnels, comme une large majorité d'investisseurs, ont été surpris par le maintien de l'intégralité du programme de rachats d'actifs de la banque centrale américaine.

Ils ont souligné que l'institution 'a manqué la fenêtre de tir ouverte après les annonces successives des derniers mois', à un moment où 'le marché aurait été en mesure de digérer une diminution des rachats d'actifs'.

Cette décision différée, qui interviendra tôt ou tard, dans un futur pas si lointain, peut néanmoins s'expliquer par des prévisions de croissance moins souriantes, des indicateurs mitigés récents, la remontée des taux, ou encore les débats houleux à venir sur le plafond de la dette.

Selon Philippe Uzan, les joutes verbales sur le budget américain entre Démocrates et Républicains vont créer de la volatilité sans toutefois susciter de panique particulière, étant donné que les finances de l'Etat n'inquiètent plus autant que par le passé.

Christophe Foliot estime pour sa part que les marchés actions américains devraient continuer de profiter de l'embellie économique. 'La clé est le retour de la croissance bénéficiaire qui va devenir un vrai moteur.'

Il a mis en lumière 'la visibilité bien meilleure que sur les quatre à cinq dernières années, le regain de compétitivité avec les salaires et les coûts de l'énergie, maîtrisés grâce à l'indépendance du pays dans ce domaine'.

Le gérant croit dans le 'fort potentiel du marché immobilier', estimant que 'la phase d'amélioration débute seulement'. Ainsi, les mises en chantier ont atteint un niveau historiquement bas en dépit d'une population croissante.

Christophe Foliot s'intéresse tout particulièrement aux valeurs liées à l'immobilier résidentiel mais aussi de bureaux ou encore les entrepôts.

Les sociétés de décoration et travaux d'intérieur, les valeurs financières (au regard de l'anticipation d'une augmentation de la demande de crédits) et notamment les banques régionales, les fabricants de systèmes de climatisation et chauffage, trouvent grâce à ses yeux, de même que le secteur automobile. 'La production retrouve des niveaux d'avant-crise, en raison d'un parc vieillissant', a précisé le spécialiste.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Loading...

Friend's Activity