Taux: détente marginale, question des déficits sans impact.

(CercleFinance.com) - Pas grand chose à se mettre sous la dent ce mercredi, les opérateurs expédient les affaires courantes, la hausse des indices US vers de nouveaux records absolus en début de séance n'affecte même pas les T-Bonds qui voient leur rendement retomber de 2,68 vers 2,65%.
Il n'y a guère de statistiques aujourd'hui susceptibles de faire décaler les marchés obligataires US.

L'embellie conjoncturelle reste à géométrie variable en Europe, il y du bon en Allemagne (PMI des services en hausse de +1Pt) et du moins bon en France puis en Italie (où le PMI a chuté de -2Pts en octobre).

Et le gouvernement italien ne s'attend à aucune évolution notable de la soutenabilité de la dette alors que les déficits ont du mal à coller avec les objectifs (les BTP progressent toutefois ce 6 novembre avec un rendement revenu de 4,16 à 4,13%).

L'Espagne n'est pas mieux lotie d'après les dernières prévisions de la Commission européenne publiées mardi à Bruxelles: Madrid verra son déficit exploser vers 6,8% cette année (contre 5,5% anticipé), puis baisser à 5,9% en 2014 avant dériver complètement en 2015 avec une nouvelle hausse à 6,6%, aux antipodes des 3% visés en 2016.
France ne parviendra pas non plus à tenir l'objectif des 3% de déficit en 2015: la prévision est de 4,1% cette année, 3,8% en 2014 et 3,7% en 2015... à moins que la France réalise un effort d'austérité sans précédent.

L'Espagne et le Portugal s'y sont essayés... sans succès ! C'est encore pire en Grèce qui connait une nouvelle grève générale ce mercredi.

Mais tous ces soucis seront peut être oubliés demain si Mario Draghi retrouve son 'verbe magique' et laisse transparaître un scénario de baisse de taux ou de LTRO.



Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Loading...

Friend's Activity